Maurice Cloutier

Maurice Cloutier est professeur à l’École de design depuis 2004, où il enseigne aux programmes de baccalauréat et de maîtrise en design de l’environnement. Il est diplômé de l’École nationale supérieure de création industrielle (Les Ateliers) à Paris (1987) et détient un baccalauréat en design de l’environnement de l’UQAM (1984). En 1987-1988, il séjourne à Milan, où il effectue un stage au studio de l’architecte et designer Andrea Branzi.

En 1990, il fonde son agence, qu’il dirigera jusqu’en 2007. Au cours de ces années, il conçoit des projets d’équipements spécialisés, d’environnements publics, de mobilier et d’expositions thématiques pour des entreprises et des institutions publiques. Il a notamment réalisé des mandats pour la Grande Bibliothèque du Québec (BAnQ), le Centre des sciences de Montréal, Parcs Canada, le Service des parcs, jardins et espaces verts de la Ville de Montréal, la Société de la Place des Arts de Montréal et la Société Saint-Jean-Baptiste.

En 2005, il met sur pied, à l’École de design, le laboratoire Design+Proximité afin de développer un contexte de recherche et de création en design des objets et des environnements de proximité. Ses travaux prennent la forme de projets de design, d’expérimentations ou d’études qui privilégient une réflexion sur les contextes de production (mise en œuvre et transformation) et les modes de consommation (pratiques et destinataires) au regard des enjeux écologiques ainsi que des mutations sociales et économiques actuelles.

Depuis 2008, Maurice Cloutier expérimente plus particulièrement des approches de conception appliquées aux objets, des approches qui articulent les notions de transformation et de réversibilité de la matière, des formes, des usages et des signes. Dans cette perspective, un de ses projets a conduit à la revalorisation de lots de luminaires en fin de vie utile et à leur réintroduction en usage à long terme dans une version renouvelée. Il mène divers travaux de cet ordre visant l’actualisation et la reconfiguration de lots de produits désuets, ou jugés inutiles, en vue de préciser ses méthodes à valeur ajoutée offrant des solutions de rechange au traitement des objets en fin de vie lorsqu’ils sont en nombre important.

Selon les opportunités, le laboratoire s’engage également auprès d’organismes ou de communautés disposant de peu de moyens en offrant son expertise pour l’élaboration et la mise en œuvre de projets de design. Des gradins adaptés ont ainsi été conçus et réalisés en 2014 pour le nouvel espace scénique du Théâtre de l’Illusion, une compagnie montréalaise dédiée à la création et à la diffusion des arts de la marionnette pour un jeune public. Grâce à sa collaboration avec cette compagnie qui remplit un mandat culturel important dans la communauté montréalaise et québécoise, le studio-théâtre a augmenté sa capacité d’accueil et amélioré significativement le confort des spectateurs.

Il est régulièrement invité à participer à des jurys pour différents concours de design organisés par des organismes ou des entreprises, dont les Prix de l’Observeur du design en France (édition 2015), Alcoa/ADIQ (président du jury pour le concours L’aluminium innove à la maison-2008) et la Société de transport de Montréal (concours pour un nouvel abribus-2009). Il est membre du Comité du patrimoine de la CSDM depuis 2009 et contribue aux travaux du comité scientifique responsable du volet design industriel pour le Sommet mondial du design, qui se déroulera à Montréal en 2017. Il a été directeur de l’École de design de 2008 à 2014 et est membre depuis 2012 du comité responsable de la création du programme de maîtrise en design de l’environnement offert à l’École de design. Depuis 2004, il est mandataire du Fonds de la bourse Maud-Haviernick à la mémoire de cette diplômée de l’École de design en 1984 qui fut victime de la tragédie survenue à l’École Polytechnique de Montréal en 1989.